5 Questions pièges du Code de la Route

  • Publié le 02 juillet 2020
  • Mis à jour le 17 mai 2022
  • Charlène Flores

Le code de la route n’est, malheureusement, pas uniquement passé sur l’apprentissage par cœur et la logique : les examens possèdent souvent leur lot de questions pièges qui vous feront grincer dedans. Pour vous y préparer convenablement, en voici 5 exemples qui risquent fortement de tomber…

SOMMAIRE :

1. Le piège du « je dois » et « je peux »

Probablement un des pièges les plus fréquents, la subtilité est telle que vous ne comprendrez sans doute pas d’où viens l’erreur si vous n’êtes pas au courant. Vous allez donc avoir une situation donnée, avec plusieurs options possibles, mais vraie question résidera dans le choix du verbe : si on vous demande ce que vous pouvez faire, vous devez répondre en donnant toutes les options autorisées par le code de la route, mais si on vous demande ce que vous devez faire, vous ne devez indiquer que les options obligatoires, que le code de la route vous impose. Repérez donc bien le verbe à chaque question, il joue un rôle conséquent.

2. Le piège de la question double

Il y a un type de question particulier au code de la route, les questions qui proposent deux actions ou réponses avec pour chacune l’option « oui » ou « non ». Le piège de ces questions, c’est qu’elles induisent généralement des biais de confirmation, l’envie de trouver une cohérence logique entre les deux, il est par exemple fréquent de se dire que la réponse est forcément un « oui » et un « non ». Il ne faut surtout pas tomber dans ce piège : si certaines sont effectivement conçues de cette manière, elles ne sont pas majoritaires et il faut toujours traiter les deux questions séparément, c’est la seule manière de trouver les bonnes réponses.

3. Le piège du détail dans le rétroviseur

Règle de base du code de la route et réflexe à acquérir le plus rapidement possible : cherchez la petite anomalie, la particularité dans chaque rétroviseur. Pour beaucoup de questions, c’est là qu’est le piège : on vous montre une situation, on vous demande ce que vous allez faire, souvent dépasser ou s’engager, et tout à l’air dégagé, tranquille. Le piège est dans les rétroviseurs : souvent, une voiture trop proche ou vous dépassant déjà apparaîtra dans l’un des rétroviseurs, vous empêchant d’effectuer votre manœuvre. Il y aura presque toujours ce piège au code de la route, mais il est facile à déjouer une fois qu’on le connaît.

4. Le piège de l’éco-conduite

La prudence est de mise en conduite, mais l’excès de prudence est sanctionné. Et pour compliquer encore les choses, la conduite écologique s’est aimablement incrustée dans les questions, depuis quelques années. Où est le piège ? Et bien, votre réflexe, dans les situations difficiles, sera souvent de freiner, ralentir, bref de changer votre conduite, souvent de manière brusque. Or, si la brusquerie est déjà une très mauvaise idée au volant, la conduite écologique que le code veut vous inculquer impose aussi de conserver son rythme et d’adapter sa vitesse en douceur. À vous donc d’y penser pour les questions portant sur les changements de rythme : sécurité d’abord, mais écologie ensuite.

5. Le piège de l’avertisseur sonore

Klaxon est un terme plus utilisé au quotidien (et un excellent mot compte triple au scrabble), mais le code de la route utilise bien plus le terme avertisseur. Si vous êtes un citadin habitué à ce bruit et à son usage intempestif, vous risquez de penser que vous pouvez klaxonner facilement, au moindre problème. Or, le code de la route est beaucoup plus restrictif sur ces questions, alors repensez-y à deux fois avant de répondre que vous klaxonnez pour avertir de votre présence ou signaler votre mécontentement, et révisez bien les situations où vous pouvez le faire.

Si cet article vous a aidé, dites-le-nous 🙂

Note moyenne 4 / 5. Vote count: 12

Sur le même sujet
longeron voiture 18/05/2022 à 09:20

Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le longeron d’une voiture

Situé sous la carrosserie, à l'avant et sur les côtés, le longeron d'une voiture est l'une des premières pièces à être touchée lors d'une collision. Fait d'alliages d'aluminium ou constitué d'acier au carbone, il contribue à rendre le véhicule plus rigide et, de ce fait, plus résistant face à des chocs éventuels. 

Il s'agit donc d'un élément porteur, qui permet au châssis de supporter les tensions, créées au cours d’une accélération, d’un freinage ou dans les virages. Pour tout savoir sur ces caissons en acier percés, découvrez notre guide. 

article r417 10 code de la route 17/05/2022 à 11:54

Que dit l’article R417-11 du Code de la route ?

Vous vous demandez ce qu’est un stationnement très gênant ? L’article R417-11 du Code de la route traite de la réglementation en vigueur à ce sujet. Il définit ce qui est considéré comme étant un stationnement très gênant ou dangereux et précise les sanctions applicables lors du non-respect de ces règles.

Commentaires (1)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  • CATHYDEN

    Merci pour ces précieux conseils. Mais l’auteur de cet article aurait dû se relire car l’expression  » grincer dedans  » est vraiment une singularité très comique !