Les gestes de premiers secours à prodiguer en cas d’accident

  • Publié le 31 décembre 2021
  • Mis à jour le 11 janvier 2022
  • Alexis
En cas d’accident de la route, les témoins sont tenus de prodiguer les gestes de premiers secours, dans la mesure où cela est possible ou raisonnable. Les mesures immédiates prises par des non-professionnels pour sauver la vie peuvent augmenter considérablement les chances de survie de la personne accidentée. Il faut savoir aussi qu’un automobiliste qui continuerait sa route alors qu’il est témoin d’un accident commet une infraction.
geste de premiers secours

Pour que les conducteurs sachent comment réagir en cas d’urgence et puissent appliquer les gestes de premiers secours, il peut être important de suivre un cours de secourisme lors de l’obtention du permis de conduire. Mais des indications précieuses sont données depuis 2016 dans la thématique du code de la route consacrée à l’aide à apporter aux victimes des accidents.

Que contient la thématique consacrée à l’aide aux victimes dans le code de la route ?

Cette thématique du code de la route est apparue en 2016 et fait donc partie désormais de l’examen. Vous trouverez des fiches de cours à ce sujet sur codedelaroute.fr et vous pourrez vous entraîner avec nos tests interactifs. Le cours se penche sur les quatre étapes de l’aide aux victimes et présente les gestes de premiers secours à mettre en œuvre à chacune de ces étapes. 

Il s’agit ainsi de savoir comment protéger la zone de l’accident, d’effectuer une première évaluation de l’état des personnes accidentées, d’appeler les secours et de porter soi-même secours en fonction de ses compétences. Vous aimeriez réviser ces notions avant de vous présenter à l’examen ? codedelaroute.fr met à votre disposition sur son site tous les outils indispensables. Vous avez même la possibilité de réserver un code blanc pour évaluer votre niveau. Les thématiques liées aux gestes de premiers secours sur la route y sont évidemment abordées.

Les gestes de premiers secours : en quoi consistent les quatre étapes ?

Étape 1 : Sécuriser la zone de l’accident

Procédez toujours avec méthode en suivant les quatre étapes préconisées par le code de la route. Vous commencerez ainsi par sécuriser la zone de l’accident. Vous devez tout d’abord veiller à votre propre sécurité. Éteignez le moteur, allumez les warnings. Mettez votre gilet jaune fluorescent pour être vu. Positionnez votre triangle de sécurité. Examinez ensuite la situation pour identifier les risques et obtenir une vue d’ensemble. Tout au long de cette étape et des suivantes, veillez à conserver votre calme.

Étape 2 : Évaluez l’état des personnes accidentées avant d’appeler les secours et d’effectuer les premiers gestes de secourisme

Pour prévenir les secours, vous devez être capable de répondre à un certain nombre de questions qui vont permettre de mettre en place une réponse adaptée à la situation. Ainsi, vous devez identifier précisément l’emplacement de l’accident. Vous devez aussi être capable de fournir une description de la nature de l’accident et préciser le nombre de blessés. Si possible, identifiez la nature des blessures et leur degré de gravité. On ne vous demande évidemment pas un diagnostic médical. Prenez des notes si vous pensez que vous allez oublier des éléments importants.

Étape 3 : Appelez les secours

Une fois que vous avez rassemblé les informations critiques, vous pouvez appeler les secours. N’oubliez pas d’indiquer qui vous êtes. Vous devez rester joignable au cas où les secours vous rappellent pour plus de précisions. Il est possible qu’on vous donne des instructions, qu’il convient alors de suivre pour aider les blessés, dans la mesure de vos compétences.

Étape 4 : Effectuez les gestes de premier secours

Tout le monde n’est pas secouriste, même s’il est intéressant quand on se prépare à être conducteur d’apprendre les gestes de premiers secours. Dans tous les cas, n’effectuez que le ou les gestes que vous maîtrisez. Commencez par vérifier si les victimes sont conscientes ou inconscientes. Un autre paramètre important est la respiration. Si la personne respire, vous pouvez faciliter sa situation en lui faisant adopter une position sur le côté et en lui ouvrant la bouche. Si la personne ne respire pas, un massage cardiaque devrait être pratiqué, dans la mesure du possible. Veillez à ce que la personne n’ait pas froid et utilisez une couverture de survie pour maintenir la température corporelle. Réconfortez la personne si elle est consciente.

Se former aux gestes de premiers secours

Si vous vous formez aux gestes de premiers secours, vous serez plus efficace si vous êtes confronté à une situation d’accident où vous êtes la seule personne à pouvoir aider. N’hésitez donc pas à apprendre les gestes de premiers secours.

Il peut s’agir de pratiquer un massage cardiaque, environ 100 à 120 fois par minute. Il s’agit d’un geste de premiers secours qui s’apprend facilement, mais qu’il vaut mieux voir appliquer une première fois par un professionnel. Vous trouverez aussi des vidéos explicatives. Vous pouvez également avoir recours aux schémas de codedelaroute.fr.

Vous pouvez avoir à arrêter une hémorragie. N’hésitez pas à demander des instructions lorsque vous appelez les secours, si vous ne vous êtes pas formé aux gestes de premiers secours. Il ne faut pas poser de pansement, mais comprimer la plaie par une bande de compression après avoir pressé avec les mains.

Si cet article vous a aidé, dites-le-nous 🙂

Note moyenne 0 / 5. Vote count: 0

Sur le même sujet
16/09/2021 à 15:03

PTAC : qu’est-ce que le poids total autorisé en charge ?

Dans cet article, nous vous proposons de découvrir plus en détail ce qu’est le PTAC, comment il varie en fonction des types de permis et de véhicules et quelles peuvent être les sanctions en cas de non-respect des limitations.

voie insertion décélération entrecroisement 19/10/2021 à 15:36

Les voies d’insertion, de décélération et d’entrecroisement

Trois types de voies sont destinées à permettre aux automobilistes d’entrer ou de quitter une autoroute ou une route rapide en décélérant ou en gagnant de la vitesse, de manière à s’adapter à l’allure autorisée sur la chaussée et à ne pas gêner les usagers qui circulent déjà sur les voies. Il s’agit des voies d’insertion, des voies de décélération et des voies d’entrecroisement.

Commentaires (0)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.