La formation des salaires (vidéo)

La formation des salaires

I. Les mécanismes de formation des salaires

  1. Définition du salaire

- Le salaire constitue la rémunération du travailleur lié à son employeur par un contrat de travail.

- Le salaire nominal est mesuré en prix courants. C’est le salaire qui est indiqué sur la fiche de paie.

- Le salaire réel correspond au salaire nominal évalué en euros constants. Son calcul permet d’apprécier l’évolution du pouvoir d’achat des ménages salariés.

  1. Différentes théories de formation du salaire

- La conception des classiques : le salaire « naturel » (cf. David Ricardo) est le revenu minimum qui permet au salarié d’assurer la reproduction de sa force de travail, c’est-à-dire de subvenir à ses besoins physiologiques ainsi qu’à ceux de sa famille. C’est donc un salaire de subsistance.

- La conception marxiste : pour Karl Marx, le salaire est un minimum qui permet la reproduction de la force de travail mais aussi la satisfaction des besoins sociaux (santé, éducation, logement).

- La conception néoclassique : la fixation du salaire repose sur les mécanismes du marché. Le salaire est déterminé par la rencontre de l’offre de travail par les salariés et de la demande de travail émanant des entreprises. L’employeur verse un salaire qui correspond à ce que lui rapporte le salarié.

- La conception moderne (retenue aujourd’hui) : le salaire est le résultat de la négociation entre syndicats et patronat (les partenaires sociaux (organisations professionnelles représentatives des employeurs et des salariés) négocient les conventions collectives : elles fixent les grilles de classification (définition des différents emplois), les grilles de salaires, les salaires minima mensuels et les garanties sociales qui s’appliquent à la branche considérée).

  1. Facteurs influençant la formation du salaire

- le diplôme, la qualification, l’âge, l’ancienneté dans l’entreprise, la région, le secteur d’activité, la taille de l’entreprise, le temps de travail du salarié (plein temps ou temps partiel).

  1. Les inégalités de salaires

- si le coût du travail (salaires + charges sociales) augmente plus vite que la productivité, les travailleurs les moins qualifiés qui ne peuvent améliorer leur productivité sont éliminés.

- le niveau de formation et l’âge (synonyme d’expérience) explique les disparités de salaires, car la productivité étant liée à la qualification, plus le diplôme est élevé, plus le salaire est élevé.

II. L’action de l’Etat

  1. La fixation d’un salaire minimum

- Le salaire minimum de croissance (SMIC) est le salaire horaire minimum légal en France (institué par une loi du 2 janvier 1970, modifiant le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti), créé en 1950).

- Le SMIC est revalorisé au 1er janvier de chaque année en fonction de l’évolution de l’indice des prix à la consommation.

- en France, un salarié sur 5 est payé au SMIC aujourd’hui.

  1. L’intervention de l’Etat dans le secteur public

- la rémunération des fonctionnaires est fonction de l’ancienneté et du grade (attribution d’un indice).

- la « partie indiciaire » représente la plus grande part du salaire, qui comporte aussi une « partie indemnitaire » composée d’indemnités variant selon les ministères.

  1. L’intervention de l’Etat dans le secteur privé

- en plus de la fixation du SMIC, l’État intervient dans le secteur privé en incitant les entreprises à négocier sur les salaires : toutes les entreprises d’au moins 50 salariés sont soumises, par le Code du travail, à l’obligation annuelle de négocier les salaires (NAO).

Ceci n'est qu'un extrait

Pour visualiser la totalité du cours, vous devez vous inscrire

Inscription gratuite Se connecter

Partager ce cours

Les dernières séries de tests
réalisées par nos membres

Une question ou un commentaire ?