mortalite-routiere

Baisse de la mortalité en mars 2018


Une étude faite sur le mois de mars 2018 révèle une baisse de la mortalité routière de 13,5 % par rapport à mars 2017. Retrouvez les chiffres détaillés et les conséquences sur le passage des routes à 80 km/h.

Baisse de la mortalité en mars 2018

Entre le mois de mars 2017 et celui de mars 2018, le taux de la mortalité routière a significativement chuté dans la métropole.

L’ONISR (Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière) nous donne les chiffres suivants :

  • Une baisse de 13,5% de la mortalité routière. 231 conducteurs ont perdu la vie, soit une baisse de 36 personnes en mars 2018.
  • Une baisse de 18,6 % des accidents corporels. On note 4947 accidents corporels en mars 2017 contre 4029 en mars 2018, soit une baisse de 918 accidents corporels.
  • Une baisse de 28,4% des personnes hospitalisées. 2176 en mars 2017 contre 1559 en mars 2018. Autrement dit, 617 personnes de moins.

Distinction importante à souligner : la baisse de la mortalité routière concerne également les jeunes conducteurs entre 18 et 24 ans ainsi que les personnes âgées ayant plus de 65 ans. De plus, la mortalité des piétons a également baissée, alors qu’ils sont pourtant les usagers les plus vulnérables.   

Cette baisse est très positive, bien qu’elle n’atteigne pas les chiffres de 2013 :

  • 200 personnes tuées, soit 31 de plus en 2018 
  • 3887 accidents corporels, soit 142 de plus en 2018

En revanche, on observe à l’inverse une augmentation de la mortalité des cyclistes et des cyclomoteurs.

Aussi, on signale plus d’accidents dans 6 régions, à savoir : l’Ile de france, la Nouvelle Aquitaine, la Normandie, la Provence Alpes Côte d’Azur, le Centre-Val de Loire et la Bretagne.

 

2- Aucune remise en cause du passage à 80 km/h pour juillet 2018

Beaucoup de polémiques sont lancées concernant la nouvelle limitation à 80/km/h des routes à double sens sans séparation centrale.

Du fait qu’ils relient des points stratégiques, ces axes routiers génèrent un plus fort trafic que sur les autres types de route. De ce fait, ce type de route est plus à même de générer plus d’accidents que les autres. Elles sont donc moins sécurisées pour les conducteurs.

On comprend donc pourquoi L’Observatoire Interministériel de la Sécurité Routière a décidé d’abaisser la vitesse de 10 km/h.

En conclusion, bien que le taux de mortalité sur les routes soit en baisse, il ne remet pas en cause cette nouvelle limitation à 80 km/h. Au contraire, cette mesure qui prendra effet en juillet 2018  aura pour objectif de confirmer, voire on l’espère, d’accentuer cette tendance à la baisse.

 

 

 

 

Une question ou un commentaire ?