Acceptez-vous de recevoir des notifications afin de bien préparer votre code de la route ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui
L'évolutions des comportements au volant

L'évolution des comportements au volant


La compagnie d’assurance Axa Prévention a sollicité l’institut TNS Sofres pour réaliser un baromètre sur l’évolution des comportements au volant en France. Si certains mauvais comportements ont été gommés, d’autres s’installent petit à petit.

Les automobilistes conscients des risques liés à l’alcool et à la vitesse

L’institut de sondage TNS Sofres a interrogé 1200 automobilistes pour récolter les données de ce baromètre dédié aux comportements routiers des français. Les 10 ans du baromètre Axa soulignent indéniablement l’apparition de nouveaux comportements dangereux, qui malheureusement ont tendance à être banalisés par les automobilistes.

On note cependant un léger mieux au niveau des principaux facteurs d’accidents, les français sont beaucoup plus conscients des risques liés à la vitesse et à l’alcool et y font donc bien plus attention. Ainsi, 2 personnes sur 10 avouent dépasser la barre des 170 km/h, c’est une personne de moins qu’en 2004. Le nombre de personne prenant le volant après avoir consommé de l’alcool a quant à lui été divisé par deux, descendant sous les 6%.

L’utilisation du téléphone au volant, un acte banal

Les nouveaux risques banalisés que nous soulignions préalablement sont essentiellement caractérisés par l’utilisation du téléphone au volant. Aujourd’hui, 34% des automobilistes français concèdent qu’ils utilisent régulièrement leur téléphone au volant. En 2004, ce chiffre s’élevait à 18%. Pire encore, 42% des automobilistes n’utilisent pas de kit mains-libre et 1 sur 5 consulte ou écrit des SMS en conduisant.

Les jeunes âgés de 18 à 25 ans explosent ces statistiques puisqu’ils sont 57% à téléphoner au volant.

En ville, le bât blesse également puisque 50% des automobilistes circulent à plus de 65 km/h sur des routes limitées à 50 km/h tandis que les trois quarts des automobilistes ne prennent pas la peine de s’arrêter à un feu orange.

Le baromètre Axa souligne donc du mieux et surtout du moins bon. Nul doute que les prochaines campagnes de sensibilisation des diverses association tenteront de combattre ces nouveaux dangers, surtout auprès des jeunes.

Une question ou un commentaire ?