Acceptez-vous de recevoir des notifications afin de bien préparer votre code de la route ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui
bilan reforme code de la route 2016

Réforme du Code 2016 : 3 mois après, où en est-on ?


Près de trois mois après l’entrée en vigueur de la réforme du code de la route 2016, digiSchool dresse un premier bilan de l’opération. Taux de réussite, passage du code nouvelle formule, privatisation de l’examen, conséquences … Décryptage.

Le taux de réussite est-il toujours médiocre ?

Non. Avant la mise en place de la réforme fin avril, le taux de réussite avoisinait les 70%. Dès la première session du nouveau code, celui-ci s’est littéralement effondré, atteignant un pauvre 17% de candidats reçus. Cependant, avec le retrait des questions jugées les plus difficiles, le taux de réussite a quasiment retrouvé son rythme de croisière, en remontant très nettement à plus de 60%.

Les nouvelles questions et le reste

La plupart des 1000 nouvelles questions de la base n’ont pas toutes été reçues avec joie, en atteste donc la chute du taux de réussite de la première session. Après leur retrait, il a donc fallu faire face à une autre partie de la réforme : l’ouverture des inscriptions en ligne pour passer le code à La Poste et dans les autres organismes agréés par l’Etat. Ceci est possible depuis le 13 juin dernier. Le candidat choisit le jour et l’heure de la session qu’il souhaite et n’a plus qu’à se présenter le jour J pour passer son examen.

Passer son code à La Poste, ça donne quoi ?

Les centres d’examen ouverts par La Poste ne cessent de fleurir un peu partout en France. SGS lui a récemment emboité le pas. L’examen est supervisé par des postiers formés pour l’occasion, dure une vingtaine de minutes et se passe sur tablette numérique, en session collective ou individuelle. Les candidats doivent s’acquitter d’une somme s’élevant à 30 euros pour passer l’épreuve. Et même si les auto-écoles trouvent encore la réforme du code un peu floue sur certains points, les candidats, eux, semblent conquis par la méthode.

Quelles conséquences pour les candidats ?

La privatisation de l’examen du code de la route a quelques effets positifs du point de vue du candidat : d’une part, cela permet la réduction des délais d’attente pour passer l’épreuve. D’autre part, tant qu’il paye la somme requise, le candidat peut très bien réserver plusieurs créneaux horaires pour passer son examen et ainsi maximiser ses chances de réussite au code.

Une question ou un commentaire ?