plan du gouvernement 2018 contre la mortalité routière

Sécurité routière : nouvelles mesures en 2018 contre la mortalité routière


Le gouvernement se réunit ce mardi 8 janvier 2018 pour tenir le comité interministériel de la Sécurité routière (CISR). Des nouvelles mesures vont être annoncées dans la journée pour 2018 afin de contrer les causes majeures de mortalité sur la route.

Sachant que le taux de mortalité sur les routes était toujours en hausse en 2016, et que les tendances ne semblent guère mieux en 2017, des changements majeurs sont attendus pour enrayer la mortalité routière. Edouard Philippe devrait donc officialiser ses mesures dans la journée.

Instauration des connaissances de premiers secours à l’examen du permis de conduire

Cette première mesure est déjà officielle : l’examen du permis de conduire comportera désormais des questions sur les premiers secours : les futurs usagers devront savoir y répondre pour être à même d’intervenir en toute sécurité en cas d’accidents sur la route.

Retrouvez toutes les questions 2018 sur les vérifications intérieures et extérieures du véhicule dans notre cours sur les questions orales du permis 2018.

Réduction de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les axes secondaires

La vitesse étant à l’origine d’un accident mortel sur 3, 400 000 km de routes nationales et départementales devraient passer à une vitesse maximale de 80km/h au lieu des 90 km/h actuelles. La mesure fait débat mais le Premier Ministre se dit prêt à “devenir impopulaire” pour “sauver des vies” selon le JDD. Il est soutenu par Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière qui affirme que “si on fait baisser de 10% la vitesse moyenne, on obtient une baisse de 4,6% du nombre de morts”.

=> L'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes nationales et départementales a été officialisée pour le 1er juillet 2018. Retrouvez le détail de cette nouvelle mesure. 

Installation d’un éthylotest anti-démarrage pour les récidivistes

L’alcool étant une autre cause majeure de mortalité sur la route, il se pourrait qu’un éthylotest anti-démarrage soit obligatoire dans le véhicule des usagers qui auraient déjà commis l’erreur de boire au volant. Un suivi médico-psychologique serait également imposé.

Le permis probatoire à 4 ans au lieu de 3

Les jeunes conducteurs, avec moins d’expériences, sont une cible à haut risque. Pour les encadrer davantage, leur permis probatoire devrait être allongé d’un an. Les jeunes conducteurs devront donc attendre 4 ans pour avoir l’intégralité de leurs points, et pouvoir rouler aux mêmes vitesses que les autres usagers. Des sanctions plus sévères devraient également voir le jour, notamment en cas d’infractions telles que l’usage du téléphone au volant.

Plus de radars ?

Les préfets devraient pouvoir choisir dès 2018 où ils souhaitent implanter des radars, afin de cibler au mieux les portions de route à risque dans leur secteur.

On se donne rendez-vous ce mardi 8 janvier en fin de journée pour valider le plan du Gouvernement 2018 en matière de sécurité routière suite à ce CISR en cours à l’Hôtel de Matignon.

Une question ou un commentaire ?