telephone-au-volant

Téléphone au volant : usages, conséquences et nouvelles mesures en 2018


Entre 2016 et 2017, on constate une augmentation de 4% des personnes qui utilisent leurs téléphones en voiture. Quelles sont les raisons ? Quels sont les risques encourus ? Quelles mesures seront prises par le gouvernement ? On vous explique tout.

De plus en plus de personnes conduisent avec leurs téléphones

Une augmentation de 4% des personnes utilisant leurs téléphones en voiture est visible de 2016 à 2017. C’est le cas pour la moitié des conducteurs de moins de 34 ans, bien que les chiffres soient également en hausse pour les plus de 35 ans.

Pourquoi le téléphone au volant s’accentue-t-il avec le temps ? Quels sont les risques encourus ? On vous explique pourquoi la sécurité routière veut prendre des mesures plus drastiques contre cet usage de plus en plus récurrent.

Les nouveaux usages du téléphone au volant

Une étude réalisée par l’FSTTAR et financée par la MAIF sur 2671 personnes entre 18 et 65 ans explique pourquoi les conducteurs utilisent leurs téléphones sur la route.

Aujourd’hui de nombreuses nouvelles fonctionnalités sont disponibles sur les portables. Par exemple :

  • Écouter de la musique, 
  • Lancer le gps 
  • Recevoir des informations liées la sécurité, aux conditions de circulation et aux nouveaux dispositifs mis en place sur la route.
  • Même si la principale activité réside dans l’envoi et la réception de messages avec une augmentation de  3% entre 2016 et 2017, ces nouvelles pratiques se distinguent de plus en plus comme le montre le graphique ci-dessous.

Graphique issu du Baromètre TSICA 2017 d’où sont issues les données de notre article.

On constate en 2017 que :

  • 39% des conducteurs reçoivent et effectuent des appels.
  • 31% envoient ou lisent des SMS sur la route. Ce chiffre est intéressant à creuser on remarque toutefois que les usagers sont plus nombreux à consulter leurs messages reçus (31%) qu’à les écrire au volant (20%). La messagerie instantanée accentue cette pratique puisqu’on sait qu’une part importante des messages écrits sont envoyés par ce biais chez les moins de 35 ans.
  • 28% tirent profit de la fonctionnalité GPS sur leur smartphone.
  • 13% des conducteurs utilisent des emails au volant. Il s’agit principalement des personnes effectuant beaucoup de trajets dans le cadre de leurs emplois. Les motifs sont donc professionnels mais pas moins pénalisant pour la conduite !
  • Concernant la consultation et la publication sur les réseaux sociaux, ce sont les jeunes entre 18 et 24 ans qui sont le plus concernés par cette pratique. 9% les consultent sur la route et 3% vont même jusqu’à faire des publications.

Les conséquences du téléphone au volant

Prendre part à une discussion quand on conduit, est la cause d’un accident corporel sur 10 selon les chiffres de la sécurité routière.

L’usage du téléphone au volant (quelque soit son usage) multiplie par plus de 20% le risque de créer un accident car l’attention n’est plus portée intégralement sur la route.  Plus précisément, nous enregistrons 30% à 50% d’information en moins.

Plus les conducteurs utilisent leur smartphone en conduisant, moins ils sont conscients de prendre un risque. Ils pensent éliminer les risques d’accident en utilisant les commandes vocales ou le kit mains libres pour communiquer. Or, même si l'utilisation de ces 2 pratiques permet de garder les 2 mains sur le volant, elle ne permet pas une conduite totalement sécurisée puisque la vigilance n’est pas à son maximum.

Les chiffres relatifs à ces nouvelles technologies l’illustrent bien :

  • 58% des usagers utilisent le Kit Mains Libres au moins une fois sur 2 en 2017, soit 6% de plus qu'en 2016. 
  • Quant à l’écoute via la commande vocale, elle augmente de 5 à 17% entre les usagers roulant moins de 10 000 km à ceux faisant plus de 35 000 km/an. Les conducteurs avertis sont donc plus adeptes de ces nouveaux outils.

Les mesures prises pour sanctionner le téléphone au volant

Actuellement, tous les conducuteurs tenant un portable en conduisant ou utilisant le kit mains-libres avec oreillette sont en infraction. Ils risquent une amende de 135€ et un retrait de 3 points sur le permis de conduire. 

Pour 2019, le gouvernement a annoncé un renforcement de cette sanction dans ses nouvelles mesures de janvier 2018 : les conducteurs qui commettront une infraction avec un téléphone à la main se verront retirer directement leur permis de conduire. La sanction sera donc plus stricte qu’aujourd’hui, pour que les conducteurs prennent davantage en compte les risques. De plus l'utilisation du kit mains-libre restera sanctionné d’une amende de 135 euros et d’un retrait de 3 points.

La cour de Cassation a également confirmé fin janvier 2018 qu'il est interdit d'utiliser son téléphone portable dans la voiture, même à l'arrêt ! Un usager s'était garé sur le coté d'un rond-point avec ses feux de détresse pour passer un appel téléphonique. La cour de cassation précise que même si le conducteur n'est pas en mouvement, il reste sur la voie de circulation et se trouve donc en infraction. Il ne faut donc pas utiliser son téléphone à un feu rouge ou sur le bord de la route, sous peine d'être en infraction. Toutefois, deux exceptions sont précisées : 

- un conducteur utilisant son portable sur une place de stationnement ne sera pas sanctionné. Il est dans son véhicule mais il n'est pas sur la voie de circulation, il n'est donc plus dans une situation à risque. 

- un conducteur utilisant son téléphone si sa voiture est en panne ne sera pas sanctionné car il s'agit d'un cas de force majeur pour sortir de cette situation. 

Une question ou un commentaire ?