Acceptez-vous de recevoir des notifications afin de bien préparer votre code de la route ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui
Un moniteur condamné pour harcèlement sexuel

Un moniteur condamné pour harcèlement sexuel


Gestes ambigus sur ses élèves, un moniteur condamné Un moniteur d’auto-école de Portiragnes dans l'Hérault vient d’être condamné pour des faits d’atteinte sexuelle après la plainte de trois jeunes filles. Il a écopé de huit mois de prison avec sursis. Une affaire révélée par Midi Libre.

Une formation tactile mais pédagogique selon l'accusé

Les faits remonteraient jusqu’en 2012 et concerneraient trois jeunes filles. Les enquêteurs au travail depuis l’interpellation du moniteur le 8 avril dernier ont cherché pendant un mois les témoignages d’autres élèves. Deux ont témoigné et confirmé les accusations de la première victime à la base de la plainte pour atteinte sexuelle sur mineure de plus de 15 ans par personne ayant autorité. Le moniteur était accusé d’avoir profité des leçons de conduite pour « tripoter » ses élèves qui n’osaient rien dire. Il avait reconnu les faits dès sa mise en garde à vue à la gendarmerie de Valras-Plage.

Le procès a été fixé au 14 mai 2014 en correctionnelle. Les trois jeunes filles ont alors réalisé un témoignage similaire, l’une d’elle indique : « Oui, je maintiens ma version des faits. Il m’a mis la main sur la poitrine à plusieurs reprises. Alors que je conduisais, il mettait son bras sur ma poitrine et ses mains entre mes cuisses ». Du côté du moniteur, on évoque un caractère pédagogique des faits : « C’est une forme d’expression à caractère pédagogique. J’explique à mes élèves le mouvement de pieds dès la première leçon. Il est possible d’avoir touché involontairement la cuisse de mes élèves ». L’homme évoque un complot des jeunes filles.

Le moniteur exerce son métier depuis plus de vingt ans et aurait été souvent en contact avec la gente féminine sans attirer une attention particulière. Son dossier judiciaire était jusqu’alors vierge et l’expertise médicale n’a révélé aucun trouble psychologique. Il vient d’être condamné à huit mois de prison avec sursis et sera fiché comme auteur d’infraction sexuelle. L’accusation avait requis un an avec sursis.

Cas similaire en 2013

Dans une autre affaire datée de 2013, un moniteur d’auto-école de 48 ans avait écopé de douze mois de prison avec sursis assortis de trente mois de mise à l’épreuve ainsi que 1 000€ de dommages et intérêts aux victimes. Il avait été de plus interdit d’exercer son métier durant cinq ans. Il lui a été reproché des attouchements sexuels sur six de ses élèves. Les faits ont eu lieu à Meaux.

Une question ou un commentaire ?